top of page

Notre histoire

CUP History
urban1.png

Créé en 1938 lors d’une assemblée annuelle des syndicats étudiants de partout au Canada, la PUC a été formée à l’origine pour créer un réseau de journaux étudiants au Canada et pour partager des idées entre les journaux étudiants au Canada. Il a traversé de nombreuses itérations depuis lors, qui seront détaillées ci-dessous.

La PUC a été créée à l’origine par la Fédération nationale des étudiantes et étudiants des universités canadiennes. Le NFCUS était une collection de syndicats étudiants à travers le Canada, et à ce moment de l’histoire, de nombreux journaux étudiants étaient dirigés par le syndicat du corps étudiant d’une école. Ces journaux étant largement tributaires des intérêts syndicaux, la PUC a été créée principalement pour permettre aux syndicats de faire connaître les problèmes des étudiants dans les écoles de tout le pays et de renforcer la solidarité entre le corps étudiant canadien.

Dans les premières années, la conférence NASH était simplement la réunion annuelle entre les journaux pour administrer les problèmes de la PUC – imaginez la séance plénière finale sans aucun des conférenciers invités. Avant que la PUC n’ait un bureau national, les journaux des membres se relayaient chaque année pour devenir des journaux «exécutifs» qui s’occupaient des questions administratives de l’année.

Le mouvement étudiant au Canada prend de l’ampleur dans les années 60. La PUC est créditée d’être le pionnier de l’expression « agent de changement social », lorsqu’elle a été introduite dans la déclaration de principes. Dans les années 60 et 70, les membres de la PUC ont remis en question la viabilité de « l’objectivité » journalistique traditionnelle. Les membres de la PUC se sont plutôt positionnés contre le biais de faux équilibre qu’ils ont vu dans les médias grand public et ont intégré la justice sociale et le plaidoyer dans leurs reportages. Les membres de la PUC imaginaient leur rôle comme « un reportage sur le défilé depuis l’intérieur du défilé », comme l’indique un procès-verbal des années 60.

Le nouveau rôle de la PUC en tant que défenseur de la presse communautaire alternative a été mis en lumière lors de la crise d’octobre 1971. Alors que la plupart des médias grand public étaient réticents à imprimer le manifeste du FLQ par crainte de répercussions corporatives ou politiques, l’autonomie relative des deux a permis aux journaux étudiants de discuter de manière critique des questions liées au FLQ. Le point de vue des journaux de la PUC était qu’en ne présentant qu’un côté de l’histoire, la presse grand public manquait à l’impératif éthique de présenter tous les faits pour que le lectorat puisse prendre ses propres décisions.

Leur existence en tant que voix critique de la presse grand public ne s’est pas limitée à la gestion par le grand public de la crise d’octobre. Les journaux individuels se sont souvent prononcés contre ce qu’ils considéraient comme contraire à l’éthique.

La mission sociale s’est poursuivie dans les années 70, la PUC fournissant une plateforme de publication pour le magazine LGBTQ+ The Body Politic lorsque Metro News, une imprimerie nationale, a refusé d’imprimer le magazine de TBP.

Dans les années 70, la PUC a également commencé son partenariat avec Campus Plus, un réseau publicitaire syndiqué qui gérait la publicité pour les journaux étudiants. Campus Plus a obtenu des marques nationales en tant que clients qui placeraient des annonces dans les journaux étudiants qui étaient payés pour diffuser les annonces. La PUC a pris une part des ventes qui ont fourni une grande partie du nouveau budget de la PUC, lui permettant de développer son service de fil de presse pour embaucher de nouveaux chefs et cheffes de bureau, rédacteurs, rédactrices et journalistes à travers le pays.

Au début des années 90, la PUC s’est éloignée de la politique des années 60 et 70 dans le but de réduire la division d’une organisation envers ses membres. La clause « agent de changement social » a été supprimée et la PUC a concentré ses efforts sur le bureau national et Campus Plus. Avec la suppression de cette clause et l’expansion des services grâce aux revenus de Campus Plus, les membres ont vu la PUC de moins en moins comme la coopérative qu’elle a fondée et de plus en plus comme un service pour lequel ils ont payé l’accès.

Avec l’avènement d’Internet au cours du millénaire, le fil de presse est devenu de moins en moins important pour les membres, car ils étaient de plus en plus en mesure de se procurer leurs propres nouvelles de n’importe quel endroit du pays à tout moment. De nombreux journaux, en particulier les grands journaux, avaient déjà centralisé leurs propres services, comme le placement d’avocats sous mandat, rendant les services de la PUC de moins en moins utiles. Finalement, le fil de presse a été rendu public et la PUC a perdu les quelques entreprises clientes restantes qui avaient continué à s’abonner. Puis, en 2013, Campus Plus a déclaré faillite. Il n’était pas clair comment la PUC pourrait continuer à fonctionner en tant qu’organisation perdant une part aussi importante de ses revenus. De plus, avec la perte de ce service, de nombreux papiers sont partis en l’espace de deux ans.

En raison d’un manque de finances, le Bureau a finalement été aboli et le personnel a été réduit à un directeur exécutif et un conseil d’administration. Actuellement, la PUC n’a pas de siège social et est administrée à distance par le conseil d’administration bénévole composé de membres de divers journaux étudiants à travers le Canada.

bottom of page